Modalités d'attaque d’une défense à 5 "bloc médian"

Analyse et propositions formulées par Illies Lebrun (@IlliesLbn ), responsable de la cellule analyse tactique et entraineur adjoint au Wasquehal Football.

La tendance actuelle, dans les 6 grands championnats européens, c’est le retour des défenses à 5 en phase défensive : 5-2-3 / 5-2-1-2 / 5-3-2 « bloc médian ». Une organisation offrant un volume de manipulations et de lectures des espaces important pour les équipes ayant une idée de jeu positionnelle. L’idée de cette analyse sera de déterminer les moyens pour manipuler ces différentes organisations.

BLOC MÉDIAN

Analyse des moyens de manipulation des espaces face à une organisation à 5, en « bloc médian » + solution de remédiation

Le 5-2-3 est l’une des organisations qui offre le plus d’espaces dans les « Zones de Lumière » latérales, lorsque le ballon se situe dans l’axe. L’objectif ici est de comprendre et de visualiser les éléments déterminants pour attaquer ces espaces. Ils sont souvent caractérisés par une infériorité numérique à l’intérieur, offrant une multitude de possibilités de fixer, de libérer, d’attirer et d’attaquer certains de ces espaces.

Constat n°1 : Une pénétration par l’axe face à un 5-2-3 : Un atout permettant un « échec et mat ».

Le 5-2-3 contraint très souvent les deux milieux centraux (MC) à défendre individuellement sur les (MC) de l’équipe en possession. En fonction du positionnement du/des pivot(s) adverse(s) il peut aussi y avoir de l’incertitude, surtout si l’un d’eux se positionne dans le demi-espace central.

De plus, si les attaquants couvrent mal les lignes de passe permettant d’accéder à cette zone (quand le porteur du ballon est l’un des deux défenseurs centraux), le pivot sera immédiatement disponible. Les (MC) auront alors tendance à anticiper la passe vers le pivot, permettant ainsi l’accès aux « Zones de Lumière latérales ».

Image du match : Arsenal – Sheffield lors de la 4ème journée de Premier League. Sur ce match, Mikel Arteta avait opté pour une organisation défensive en 5-2-3, qui l’a poursuivi sur quelques matchs du début de saison

Sur l’image ci-dessus), le premier rideau d’Arsenal a été surpassé, permettant au pivot de Sheffield de recevoir le ballon, de se retourner (à noter la qualité de son orientation corporelle) et de venir fixer la 2nde ligne. Cette fixation génère ensuite des possibilités de passes vers des joueurs positionné dans les Zones de Lumière.

L’ouverture des Zones de Lumière latérales est aussi conditionnée par le positionnement de l’attaquant central (AC) de Sheffield United, qui se situe sur l’axe longitudinal du porteur de balle, à l’intérieur de la Zone de Lumière axial. Par sa position, il capte l’attention d’un des (DC) d’Arsenal et oblige les MC adverses à essayer de fermer la passe vers lui. Ce positionnement libère la passe vers le N°14 de Sheffield United qui se positionne de profil et au « milieu » de la Zone de Lumière.

Une des options de l’attaquant central, c’est de déclencher une course de « rupture » entre le central droit et le central axial d’Arsenal, ce qui libérera davantage la ligne de passe vers le N°14. Une fois le ballon reçu, la défense fera face à un dilemme, à savoir, quel joueur sortira cadrer le receveur (N°14) et engendrera des avantages positionnels et numériques dans le dos de la dernière ligne :

  • Si c’est le DCD, il libérera et donnera de l’espace dans son dos pour l’attaquant central de Sheffield.
  • Si c’est le LD, il libérera l’espace pour l’attaquant latéral de Sheffield.
  • Si aucun ne sort, cela donnera davantage d’espace et de temps au receveur, qui pourra venir fixer la dernière ligne balle au pied et bénéficier d’un 3v2 avec l’AL et l’AC.

PROPOSITIONS DE MODALITÉS DE PÉNÉTRATION : 1-3-4-3 à plat contre un 5-2-3 Médian → construction axe 3+2

Sur l’exemple ci-dessus, le rôle des MC de l’équipe en possession sera déterminant car ils auront l’objectif de fixer les 2 MC adverses avec un positionnement étagé (1 pivot + 1 MC) et de faire sortir un MC adverse sur notre pivot pendant que leur LAT se tient prêt à anticiper la passe vers notre LAT. Celui ci devra se positionner le plus large possible afin d’étirer au maximum l’intervalle MC-LAT.

L’idée sera de faire apparaître notre AL dans la Zone de Lumière afin de bénéficier de 2 options :

  • Jouer intérieur sur l’AL qui est orienté pour attaquer la dernière ligne balle au pied
  • Jouer profond sur ce même joueur dans le dos du LAT adverse qui anticipe la passe vers notre LAT

CONSTAT 2 : Fixer, attirer et surpasser la pression dans les couloirs latéraux (vs 5-2-3) : Créer un « piège » …

Les principales références de pression, dans une défense à 5 en bloc médian, sont l’orientation vers les couloirs extérieurs pour presser et densifier le couloir de jeu direct pour empêcher le surpassement de la pression.

Ce qui peut amener les équipes en possession à manipuler le mouvement de certains joueurs, en l’occurrence l’attraction des milieux centraux adverse dans ces couloirs, afin de créer davantage d’espace à l’opposé.

Sassuolo – Inter lors de la 9ème journée de Série A. Sur ce match, Antonio Conte avait privilégié son organisation défensive habituelle en 5-2-1-2 en bloc médian.

Sur l’image ci-dessus, on peut observer que les joueurs de l’Inter (en blanc) cherchent à orienter et récupérer le ballon dans le couloir latéral avec notamment 7 joueurs situés dans le couloir de jeu direct. Ici les (MC) et le pivot offensif (Vidal) sont attirés dans le couloir de jeu direct, ce qui créer un espace libre à exploiter à l’opposé.

Le positionnement des joueurs de Sassuolo pourrait être optimisé. Le  MC (joueur surligné en jaune) proposant une aide au porteur de « continuité » (positionnement d’un joueur sur l’axe horizontal permettant la circulation du ballon d’un point A à un point B), pourrait proposer une aide au porteur de « progression » (ligne de passe permettant de dépasser l’adversaire se situant le plus proche), afin de gagner le maximum de mètres en dépassant la position du MC de l’Inter. Il aurait alors un avantage positionnel beaucoup plus important.

Vitoria Guimarães – Sporting CP lors de la 9ème journée d’Europa League. Sur ce match, le Vitoria Guimarães avait privilégié son organisation défensive habituelle en 5-2-3 bloc médian.

L’image ci-dessus illustre de manière claire et concrète, la volonté du Vitoria Guimãres (en blanc) de récupérer le ballon dans le couloir latéral. Les MC viennent densifier le couloir de jeu direct.

Sur l’image ci-dessus, une proposition d’optimisation de la structure positionnelle du Sporting Lisbonne. Au lieu d’être au niveau des MC adverses, le latéral irait fixer celui du Vitoria Guimãres dans la profondeur. L’AC se positionnerait dans  l’espace entre le DC et le DCG, l’ALG fixeraient le DCD et le latéral adverse. Ces mouvements permettraient de fixer la dernière ligne et de créer de l’espace à exploiter entre les lignes.

Le MC qui se situe dans le couloir de jeu direct utiliserait la largeur (long de ligne) de façon à capter l’attention et à attirer le MC adverse. Cela créerait un doute chez le 2nd MC du Vitoria qui devrait choisir entre rester avec le MC du Sporting ou venir fermer l’accès à la Zone de Lumière.

L’accès à l’espace à l’opposé, par le biais de l’AL du Sporting CP, qui apparaîtrait au « milieu » de la Zone de Lumière, pour pouvoir ensuite jouer directement à l’opposé vers l’ALG qui apparaîtrait dans l’espace libre. Cela pourrait être réalisé en 3 temps, par l’intermédiaire du pivot défensif du Sporting (3e homme).

C’est une possibilité qui me semble plus réaliste au vu de l’orientation corporelle de l’ALD et que, de mémoire, celui-ci est gaucher. La structure positionnelle est maintenant plus équilibrée, grâce au repositionnement du 2nd MC du Sporting; qui permet de contrôler plus facilement la transition défensive.

PROPOSITIONS DE MODALITÉS DE PÉNÉTRATION : 1-3-4-3 contre un 5-2-3 Médian → Construction dans les couloirs latéraux

Lorsque deux équipes ont les mêmes principes/références de pression, l’idée principale est de créer des points de fixation.

Comment ?

Le rôle du MC positionné dans le couloir de jeu direct, sera d’utiliser la largeur pendant que le latéral du même côté le latéral adverse dans la profondeur. L’objectif étant de l’empêcher de sortir presser le MC. Ce qui devrait normalement attirer le 2nd MC adverse dans la largeur.

Ce micro-changement tactique adaptatif (mouvement modifiant la structure de base) génèrera un espace à l’opposé qui devra être occupé par notre AL à l’opposé, qui devra apparaître au bon moment. L’objectif consiste donc à accumuler le maximum de joueur dans la « zone d’attraction/fixation » (équivalent au couloir de jeu direct) et de surpasser la pression, par l’intermédiaire de l’attaquant latéral qui devra apparaitre au milieu de la Zone de Lumière, pour ensuite trouver l’ALD à l’opposé.

Son positionnement et son orientation corporelle seront déterminants pour assurer un jeu en continuité vers la cible (possibilité de retrouver le 2nd Pivot défensif en 3e Homme si l’AL du couloir de jeu direct est droitier. Une fois la pression surpassée et ayant atteint l’objectif, l’équipe bénéficiera d’un avantage numérique en 3v2 ou 2v1 en fonction de l’angle de conduite de l’ALD.

CONSTAT 3 : Des points de fixation, capter l’attention, manipuler pour attaquer la profondeur face à un 5-3-2 Médian : « Suis moi, on te fuit »

Un problème qui n’a pas encore été évoqué est la désolidarisation de la ligne de 5 défenseurs, due au décrochage des attaquants profonds dans les Zones de Lumière. La situation est encore plus favorable lorsque le ballon se situe dans l’axe, car très souvent, la ligne des milieux adverse contrôle les mouvements des (MIL) de l’équipe en possession.

Les défenseurs centraux latéraux sont ceux qui ont le plus tendance à se faire attirer dans les Zones de Lumière, ce qui engendre des espaces dans la profondeur pour un 2nd attaquant ou un excentré. Dans un premier temps, les attaquants devront fixer la dernière ligne par leur position, au fond des Zones de Lumière pour donner de la profondeur à la Zone de Lumière. Ensuite ils y apparaîtront et, normalement, attireront les défenseurs centraux latéraux.

Face à cette organisation, 2 alternatives sont possibles concernant le positionnement des latéraux dans les couloirs :

  • Les positionner dans la largeur et profondeur, à proximité des latéraux adverses, afin de capter leur attention, semer le doute et ensuite donner des possibilités d’attaquer la profondeur.
  • Les positionner bas pour attirer les MC adverses et pénétrer entre les lignes par des relations extérieur-intérieur vers un AC ou MC, pour ensuite attaquer la profondeur selon la situation qui aura émergé.
Celtic – Milan lors de la 9ème journée d’Europa League. Sur ce match, le Celtic avait privilégié son organisation défensive habituelle en 5-3-2 bloc médian
Liverpool – Atalanta lors de la 1ère journée de Champions League. Sur ce match, l’Atalanta avait privilégié son organisation défensive habituelle en 5-3-2 bloc médian.

Sur les images ci-dessus, les (DC) adverses se retrouvent constamment attirés dans les Zones de Lumière, laissant une profondeur optimale à attaquer par un (AC) ou (AL) en 1v1, lorsque le ballon se situe dans l’axe. La coordination et le timing de mouvement entre l’attaquant qui décroche et celui qui attaque la profondeur peut être déterminante pour se créer une opportunité de but. Il y a notamment un espace pour un milieu dans la Zone Lumière opposée (Celtic-Milan).

À noter, aussi, l’aide « d’attraction » de R. Firmino au « milieu » de la Zone de Lumière, attirant ainsi le DC adverse, qui libère la profondeur.

PROPOSITIONS DE MODALITÉS DE PÉNÉTRATION N°1 : 1-4-3-3 avec un pivot offensif (MOC) dans les Zones de Lumière contre 5-3-2 à plat

Principe défensif : Les latéraux adverses sortent sur nos latéraux

Liverpool – Atalanta lors de la 1ère journée de Champions League. Sur ce match, l’Atalanta avait privilégié son organisation défensive habituelle en 5-3-2 bloc médian.

Afin de faire sortir les LAT adverses sur nos LAT j’ai opté pour un 1-4-3-3 (triangle inversé). L’idée est de positionner les LAT dans la largeur afin de capter l’attention des LAT adverses et de faire décrocher un de nos 2 pivots défensifs (de préférence celui d’où vient le ballon) devant la première ligne de pression. Le MC, lui, doit fixer et ouvrir la ligne de passe vers l’attaquant.

L’objectif est de pénétrer par l’intérieur en retrouvant notre MOC qui est le 3e Homme, dans les Zones de Lumière, afin de bénéficier d’un avantage positionnel et numérique lors de sa réception du ballon (les LAT anticipent la passe vers nos LAT donc seront en poursuite quand notre MOC sera en possession du ballon).

L’idée est bien évidemment de maintenir la prise de vitesse,  d’attaquer la profondeur vers nos AL. Le rôle des AL, en construction, sera de fixer la dernière ligne avec le maximum de profondeur possible (donner de la profondeur à la Zone de Lumière, pour donner un maximum de liberté à notre MOC.

PROPOSITIONS DE MODALITÉS DE PÉNÉTRATION N°2 : 1-4-2-4 avec un MOC qui est le plus profond possible, pour ensuite apparaître dans les Zones de Lumière contre 5-3-2 à plat

Positionner les LAT bas afin d’attirer les MC adverses

Liverpool – Atalanta lors de la 1ère journée de Champions League. Sur ce match, l’Atalanta avait privilégié son organisation défensive habituelle en 5-3-2 bloc médian.

Un des moyens permettant d’attirer les MC adverses vers nos LAT est de les positionner assez bas. Notre MOC partirait d’une position profonde (entre LAT et DC) pour ensuite apparaître dans la Zone de Lumière.

Pour ouvrir cette ligne de passe vers le MOC, la constitution du 4+2 permet d’attirer le MDC adverse vers latéral, de fixer le MC grâce à l’un de nos MC, afin de maximiser la distance de l’intervalle (MDC-MC) adverses. Ce dispositif nous permettra de trouver directement notre MOC dans la Zone de Lumière ou par l’extérieur, par des relations extérieur-intérieur, en fonction de la situation.

Si la situation ne permet pas de jouer court vers la Zone de Lumière, l’idée sera bien évidemment d’attaquer le dos de la dernière ligne, en coordonnant la course MOC-AL/AC, pour attirer le DC dans la Zone de Lumière et donner la possibilité aux 2 joueurs restant d’attaquer la profondeur. Le DC bénéficiera donc de 2 options :

  • Jouer intérieur court si notre MOC n’est pas suivi puis attaquer la dernière ligne balle au pied
  • Jouer profond vers notre AL ou AC, si le DC adverse a été attiré par notre MOC

CONCLUSION

En fonction de la structure de ces alignements (déplacements, attractions, principes de pression,…) l’organisation défensive à 5 en bloc médian peut offrir des opportunités intéressantes de manipulation à l’équipe en possession, surtout si celle-ci développe une idée de jeu positionnelle. La structure de ces lignes modifiera les modalités de pénétration et d’attaque des espaces.

Cette analyse vous a plu ? Ne vous arrêtez pas en si bon chemin 👇

Apprenez à utiliser les principes clés du Jeu de Position