La flexibilité tactique

Proposition théorique de © Jean-Francis Gréhaigne, professeur des Universités honoraire en STAPS de l’Université Bourgogne Franche-Comté.

🚨 Avant d'aller plus loin, inscrivez-vous à la newsletter

Chaque dimanche vous recevrez des idées sur l’analyse du jeu, l’entrainement ou encore l’apprentissage.

La signification de «flexibilité tactique» est souvent expliquée différemment par chaque expert du football. Un premier pensera que cela signifie qu’une équipe devrait être capable de jouer différents systèmes dans une compétition donnée; le deuxième dira qu’il veut que son équipe puisse changer de système en cours de match ; le troisième dira qu’il veut que son équipe puisse être flexible dans le même système à chaque match. Cette expression est associée à une multitude de choses différentes, ce qui signifie qu’en parler trop rapidement peut sans aucun doute installer la confusion.

Que voulons-nous dire par les mots « flexibilité tactique » dans le football ?

Il faut d’abord être convaincu que l’avenir du football reposera sur la flexibilité tactique. Le futur, ce sont des équipes qui sauront adopter différentes trames de jeu suivant les circonstances. Dans cette optique, l’ère de la flexibilité tactique s’installera doucement comme indispensable, mettant en avant les notions d’adaptation et de dépassements des rapports d’opposition momentanés. Pour nous, le jeu est un champ de forces fait d’équilibres et de déséquilibres instantanés où la volonté́ d’aller de l’avant est contrebalancée par la crainte de perdre le contrôle du ballon. Cette tension est au cœur de la dynamique du jeu (Gréhaigne & Dietsch, 2015).

L’énergie potentielle élastique produit donc des forces qui traversent et déforment la configuration momentanée du jeu la faisant ainsi évoluer de façon variée. La trame dynamique de transformation que constitue le jeu est donc assurée, le plus souvent, non par la résistance de chacun de ses constituants, mais par la répartition et l’équilibre des contraintes dans la totalité de l’affrontement. Les rapports d’opposition possèdent bien la faculté de se stabiliser avec le jeu des forces qui s’annihilent, se répartissent ou s’équilibrent en son sein. De ce point de vue, dans une interview à France Football, Lucien Favre jugeait qu’il n’était plus possible d’innover via de nouveaux systèmes de jeu.

“Pour nous, le jeu est un champ de forces fait d’équilibres et de déséquilibres instantanés où la volonté́ d’aller de l’avant est contrebalancée par la crainte de perdre le contrôle du ballon. Cette tension est au cœur de la dynamique du jeu (Gréhaigne & Dietsch, 2015).”

Cependant, on peut ajouter que c’est dans la polyvalence des systèmes, que se trouve la réponse adaptée. Il faut être convaincu que le futur du football sera la flexibilité tactique avec des équipes qui sauront changer de trame de jeu.  Si à ce jour, seuls quelques techniciens semblent en être adeptes. L’ère de la flexibilité tactique s’installe doucement comme indispensable, la récente évolution de la loi 16 du football sur les sorties de but pourrait conduire à des innovations tactiques majeures. L’alternance entre jeu de possession et jeu direct long redevient d’actualité pour tenter de surprendre des blocs défensifs de plus en plus hauts, qui s’organisent de plus en plus vite à partir de choix stratégiques basés sur la récupération du ballon.

En effet, la trame dynamique de transformation que constitue un match de football doit être appréhendée comme un système complexe non linéaire « chaotique » où l’opposition représente la pierre angulaire de toute analyse. Dans le langage usuel, le mot chaos est profondément relié à la notion de désordre. En outre, ce type de réflexion et d’analyse devrait permettre de passer d’une conception statique à une conception plus dynamique de la trame de transformation que constituent les rapports d’opposition dans une rencontre de sport collectif. Ce changement de conception oblige, sans doute, de passer d’une centration, quasi exclusive, sur la circulation du ballon à une vision plus globale de la situation d’affrontement.

La notion de référentiel commun peut être considérée ici comme la base commune de la pensée tactique des joueurs d’une même équipe et doit s’installer dans un système cohérent de représentation mentale de la totalité de la logique interne du jeu (matrices d’action) qu’ont les joueurs. Il s’agit ainsi d’une véritable systématique des décisions et d’actions tactiques en jeu, ce qui autorise de rationaliser la situation de jeu afin de permettre aux joueurs d’optimiser leurs choix selon le principe de « canalisation majorante de la conscience » (Deleplace, 1979). Cet auteur soutient que le fait de canaliser les informations et les réponses disponibles dans une entité facilite les opérations cognitives impliquées dans le traitement des informations et permet ainsi des réponses plus rapides. L’objectif est donc de mettre l’activité automatique sous le contrôle de l’activité consciente. Les joueurs d’expérience possèdent des bases de connaissances organisées stockées en mémoire à long terme. Celles-ci seraient activées automatiquement par un percept qui renvoie à des informations sensorielles, constituées d’un ensemble d’informations sélectionnées et structurées en fonction d’expériences antérieures.

“C’est dans la polyvalence des systèmes, que se trouve la réponse adaptée. Il faut être convaincu que le futur du football sera la flexibilité tactique avec des équipes qui sauront changer de trame de jeu”

La gestion effectuée par les joueurs de cet ordre et/ou du désordre lié aux déplacements des partenaires, des adversaires et du ballon, passe par la construction d’outils de mesure capables d’aider à analyser la configuration du jeu en cours et à concevoir une probable évolution de celle-ci (Gréhaigne, Marle, & Zerai, 2013). Ce processus de mesure repose sur le prélèvement d’informations pertinentes sur les axes forts des mouvements d’attaque et de défense, les formes de l’opposition, la concentration ou l’étirement des joueurs ou encore des indices particuliers sur les joueurs les plus proches de l’action. Au niveau de l’ensemble de l’équipe, cela nécessite aussi une compréhension commune des joueurs des comportements variés et adaptables des autres individus impliqués.

Cette compréhension commune permet ainsi la suppléance dans les rôles provisoires de chacun des joueurs en fonction du contexte de la situation, par exemple si un joueur qui quitte son poste d’attaquant pour aller seconder un coéquipier en défense. Les prises d’informations effectuées par les joueurs constituent donc le fondement de leurs disponibilités motrices et tactiques qui se concrétisent par une polyvalence d’actions et la capacité des joueurs à pallier tout désordre en fonction du principe de suppléance. Pierre Villepreux (2007) prône ainsi la mise en place d’un jeu ambitieux, qui implique les joueurs individuellement et collectivement dans une pensée tactique favorable à la production d’un jeu plus ample, plus rythmé, réalisé à une vitesse supérieure, qui sort du cadre du « jeu organisé » et invite à prendre beaucoup plus en compte le désordre et l’improvisation.

Comme l’affirmait également Menaut (1998), avec l’étude des points de rupture dans l’évolution du football, dans les années 80-90, on constate, dans l’organisation collective, un abandon progressif des dispositifs dans ce qu’ils ont de rigide au profit de dispositifs relativement souples qui évoluent au gré des circonstances. Aussi, avec les organisations de jeu actuelles ont évoluées vers la notion de système, puis à celle de trame, de texture de jeu, c’est-à-dire l’ensemble des principes et règles d’actions, de règles de gestion de l’organisation du jeu qui ordonnent le fonctionnement solidaire des joueurs et de l’équipe. Dans le football moderne, à partir d’une trame de jeu commune, en fonction de l’évolution du score, de l’écoulement du temps de jeu, des rapports de forces, les joueurs peuvent modifier leur expression en adoptant tel ou tel type de comportements. On pourra parler de réorganisation du jeu au sein d’un dispositif prôné par l’entraîneur.

“La notion de référentiel commun peut être considérée ici comme la base commune de la pensée tactique des joueurs d’une même équipe et doit s’installer dans un système cohérent de représentation mentale de la totalité de la logique interne du jeu (matrices d’action) qu’ont les joueurs. “

Pour conclure, nous dirons que chaque jeu possède des signes particuliers et qu’une relation étroite coexiste entre sa logique propre qui le structure et sa culture. En parlant de la logique interne des sports collectifs, Deleplace établit que : c’est elle qui, une fois définie, permet le repérage des traits pertinents de l’activité (invariants – fondamentaux – noyaux durs – essence) autorisant la formulation de règles d’action elles-mêmes génératrices de principes d’action. Ainsi modélisé, cet ensemble offre une assise solide à l’acte d’entraînement sur le versant de son contenu, garantissant d’une part les propriétés essentielles du jeu et d’autre part, les rendant opérationnelles. Une fois établi, le code de jeu se présente sous la forme d’une bibliothèque de consignes et de principes, cependant elle n’est en réalité qu’un brouillon que les joueurs doivent mettre en forme à l’aide d’une motricité adaptée.

Dans ce cadre, le rôle de l’entraîneur est primordial pour la compréhension, l’acquisition et l’application de références communes de jeu. Pour que tous les joueurs soient à̀ l’écoute, la communication de l’entraîneur doit être parfaitement claire et intelligible pour une application possible. Raynald Denoueix confirme en disant « qu’on se comprend avec les joueurs parce que l’entraîneur est là pour parler de références communes ! Les références communes vont permettre justement à tous les joueurs d’interpréter l’action de la même manière. Cela suppose d’agir ensemble à un moment donné ! Et forcément, ça permet d’agir efficacement ! »

D’ailleurs pour Arsène Wenger le fond de jeu c’est l’intensité́ des communications et des connexions entre les joueurs, la lecture et le degré́ d’interprétation en relation avec la capacité́ des joueurs de l’interpréter entre eux.

Pour certains experts, la communication est la première qualité́ pour développer du jeu. Pour d’autres, les aspects plus cognitifs sont mis en avant comme par Jean-Claude Suaudeau qui définit l’intelligence de jeu de la manière suivante. Le premier critère de l’intelligence de jeu est l’anticipation, c’est quand même le maitre mot. C’est comprendre déjà̀ bien avant les autres. L’intelligence de jeu bien sûr dans l’anticipation sur le jeu, mais la préoccupation majeure de beaucoup de joueurs devrait davantage être où va aller ce ballon ? Et donc on revient à̀ des notions d’espace entre les lignes et de temps pour faire. Le deuxième critère important c’est la capacité́ qu’ont des joueurs de s’adapter à la mouvance du jeu. (Exemple : on évitera de remettre en jeu un rideau défensif consommé avec une passe en retrait intempestive.) Cependant, la flexibilité tactique dépend de la capacité des joueurs à résoudre les problèmes et à s’adapter « in situ ».

“La flexibilité tactique dépend de la capacité des joueurs à résoudre les problèmes et à s’adapter « in situ ».”

Une grande partie de la méthodologie d’entraînement doit se concentrer sur l’amélioration de la compréhension des joueurs ou de l’intelligence tactique. Les entraîneurs et les analystes ont désormais accès à de nombreuses données et images en tribune ou en bord du terrain, ce qui peut leur permettre de repérer plus facilement ces problèmes et certes de les communiquer au reste de l’équipe. Mais, sur le fond, c’est à l’équipe sur le terrain de réagir et de s’adapter aux problèmes posés par les adversaires. Ainsi le football devient encore plus tactique confirmant l’affirmation de Xavi Damunt (2022) « Dès que le ballon roule, les joueurs sont les seuls protagonistes ». L’entraîneur perd ici un peu de son pouvoir mais reste néanmoins garant des choix effectués. Ces choix doivent être faits pour maintenir la clarté de la philosophie de jeu, pour donner une direction aux joueurs, mais le plus important est qu’ils doivent être contrôlés. Bien souvent, cela nécessite d’avoir des joueurs relais sur le terrain pour impulser les évolutions de la stratégie si cela ne s’est pas produit spontanément.

Lire le jeu, c’est posséder des outils qui permettent essentiellement, de façon consciente, de décoder, discriminer pour enfin traiter les configurations du jeu. La lecture collective de la trame évolutive du jeu suppose des connaissances partagées pour s’organiser et faire. Qui dit lecture du jeu dit vision du jeu, qu’on peut développer assez tôt chez les jeunes joueurs. Sans une bonne vision du jeu, on ne peut ni bien décoder les rapports de forces, ni les anticiper et dire adieu au jeu sans ballon. Anticiper les situations est important et cette compétence se développe au fil du temps, par l’expérience accumulée, les connaissances et la répétition de jeu en mouvement à l’entraînement. Comprendre comment un adversaire réagira ou anticiper dans quelle direction un joueur est susceptible de passer le ballon demande une pensée tactique développée et une expérience pratique.

Il nous paraît utopique de croire que l’entraîneur pourra du bord de touche, au cours d’une rencontre, modifier profondément la trame de jeu de son équipe en fonction des circonstances. Deux raisons à cela :

            – Le bruit qui rend le plus souvent inaudibles les consignes venant du banc de touche ;

            – l’égo surdimensionné de certains joueurs qui « n’écoutent » que les clameurs des spectateurs.

Il ne reste à l’entraîneur que les instants souvent très courts de la mi-temps ou dans un arrêt de jeu pour tenter de remédier aux carences détectées depuis le banc. Il est donc nécessaire de prévoir dans chaque séance d’entraînement un travail spécifique sur ces problématiques d’adaptation à l’adversaire et à la reconnaissance des signaux permettant d’identifier les configurations de jeu au cœur de l’affrontement et pour cela, il faut posséder des joueurs relais dans son équipe.

“La flexibilité tactique apporte au jeu de la qualité en proposant des réponses cohérentes avec une bibliothèque de références et de réponses pour bien analyser et décrypter les rapports d’opposition.”

Parfois, il faut repartir de l’arrière, parfois il faut jouer long dans une zone spécifique, ce qui permettra d’obtenir un avantage. Ressortir un ballon proprement, c’est mettre en place une construction et une organisation du jeu qui vont permettre d’occuper certains espaces et empêcher l’adversaire de récupérer le ballon dans notre camp. Parfois, c’est jouer dans un petit périmètre pour en ressortir à l’aide d’une grande diagonale côté opposé en vue de prendre de l’avance et de provoquer un déséquilibre important dans le rapport des forces en présence. En fait, c’est essayer de mettre en difficulté l’équipe adverse, par l’exploitation de zones spécifiques.  L’objectif étant d’être encore plus offensif et d’imposer son jeu à l’adversaire. En ayant le ballon haut dans le camp adverse, on prend moins de risques de prendre des buts. Une bonne façon de travailler consiste à procurer du plaisir et donner confiance aux joueurs, en essayant d’avoir le ballon le plus souvent possible, tout en sachant aussi qu’il y aura des phases où il faudra vraiment défendre, sans espoir de toucher le ballon (Batlles, 2022).

Quand elle est construite, la flexibilité tactique avec le passage d’une trame de jeu à une autre engendre une grande faculté d’adaptation aux circonstances et aux évènements qui surviennent dans le jeu. Enfin, savoir que l’on a plusieurs trames de jeu à disposition donne de la sérénité à l’équipe dans la préparation des rencontres à venir.

Cela suppose que les joueurs soient entraînés à jouer plusieurs rôles et à occuper différentes fonctions dans l’équipe, voire à changer de rôle quand on a la balle et en adopter un autre quand on n’a pas le ballon. Par exemple, avec une sentinelle qui est un milieu de terrain positionné devant la défense, “en arrière” du milieu de terrain. L’équivalent d’un véritable libéro de l’entrejeu. Ce milieu a aussi une importance offensive dans un rôle de soutien aux premiers attaquants lors d’une contre-attaque ou dans la couverture axiale. On voit aussi parfois un gardien de but sortir de sa surface de but pour jouer carrément libéro.

La flexibilité tactique apporte au jeu de la qualité en proposant des réponses cohérentes avec une bibliothèque de références et de réponses pour bien analyser et décrypter les rapports d’opposition. Elle apporte aussi de la richesse tactique, fruit d’un travail d’entraînement continu visant la simplicité et la commodité des réponses à mettre en œuvre. Raisonner reste un point crucial de la prise de décision en situation évitant de cette façon le recours systématique « au prêt-à-porter tactique ». Avec les systèmes de jeu, une caricature courante vise à̀ réduire les apports de la tactique à des produits prêts à l’emploi, conçus et élaborés par des experts et destinés à des joueurs simples applicateurs (un « prêt-à̀-porter tactique » en quelque sorte) … mais l’on connaît bien les limites de ces modèles prescriptifs, quel que soit le bien-fondé de leurs intentions (Amade-Escot,1997). Les exercices sont livrés clé en main et doivent produire lors de leur application, des effets immédiats. Il s’agit là d’un volontarisme pédagogique évident qui confine d’ailleurs à la croyance simpliste en une compréhension instantanée des exercices par les protagonistes.

“D’une façon générale, les études (Trudel, & Gilbert, 2006) confirment que le savoir professionnel des entraîneurs est très composite. Il est fait d’habitudes, d’usages acquis au fil de l’expérience, d’options personnelles sur l’entraînement et sur l’apprentissage, mais aussi sur les contenus.”

En fait, une véritable formation des joueurs à l’observation devient alors nécessaire dès lors que l’on souhaite dépasser l’application de recettes ou de modèles formels et viser des progrès tout au long de la vie du joueur. L’enjeu consiste à théoriser les stratégies mises en œuvre spontanément par les acteurs, à les situer par rapport aux conduites motrices efficaces car elles ne relèvent pas d’un enseignement formel de modèles gestuels. D’une façon générale, les études (Trudel, & Gilbert, 2006) confirment que le savoir professionnel des entraîneurs est très composite. Il est fait d’habitudes, d’usages acquis au fil de l’expérience, d’options personnelles sur l’entraînement et sur l’apprentissage, mais aussi sur les contenus. Ces éléments permettent de comprendre les difficultés de diffusion des produits de la recherche auprès des entraîneurs et soulignent l’irréductibilité́ des savoirs de la pratique en grande partie « tacites ».

La conceptualisation comme activité, a pour but de produire des concepts, qui permettent à un sujet de mieux s’adapter au réel, de mieux adapter le réel à lui-même, mais aussi de mieux connaître le réel défend la thèse selon laquelle elle est, une ressource adaptative des humains, importante pour l’activité et son organisation. En effet, le couple situation – action implique qu’il ne faudrait plus chercher les invariants dans l’organisation générale de l’activité humaine, comme le fait Piaget (1974) mais plutôt dans les dimensions spécifiques des situations et des joueurs.

D’autres éléments à prendre en charge

Dans ce contexte, un travail particulier peut être fait avec les « joueurs cadres » de l’équipe. Ce sont souvent eux qui sont capables de changer les choses dans un match, et donc travailler avec eux est vraiment efficace pour influer sur certains aspects pendant une rencontre. Ils servent bien souvent de relais dans le cours d’une rencontre. Ces « patrons ou tauliers » (en langage courant) possèdent assez de rayonnement pour être les meneurs et entraîner à leur suite leurs jeunes équipiers.

Ils sont (souvent interessés) par la lecture du jeu tout en appliquant les consignes de l’entraîneur, ils apportent leur expérience pour adapter illico et à la lettre ces consignes en fonction de l’évolution de la situation pour éviter de se faire piéger par les changements ou pressions des adversaires. Disposer de «cadres» capables de se convertir sur le terrain et en dehors,  en véritables entraîneurs adjoints c’est la chance de certaines équipes qui ont pris la précaution de mettre les choses à leur véritable place.

Il n’est pas facile de passer d’un environnement où l’accent est mis sur le développement, où l’on est encore jeune où l’entraîneur vous aide à développer certaines habiletés, à un environnement où l’on ne se soucie pas vraiment de votre développement, où vous devez juste être performant. En revanche, un joueur peut contrôler la qualité de son entraînement. Sa préparation, son implication, son auto-évaluation après l’entraînement, etc. Chaque jour, il peut contrôler la manière dont il va appréhender l’entraînement.

L’entraîneur fait ses choix en fonction d’aspects culturels, d’une certaine perspective, d’une certaine philosophie, voire d’une certaine stratégie. Le joueur possède du contrôle uniquement sur ses propres actions et, s’il perd cela de vue, sa préparation et sa récupération ne seront pas optimales, alors, lentement, mais surement, il se retrouvera sans club, lorsqu’il sera en fin de contrat.

“En football, être capable de voir, évaluer et connecter différents éléments lorsque vous analysez une situation ou plus simplement, avoir une pensée critique sur la manière dont il faut concevoir des choses ou les faire évoluer est primordial.”

C’est souvent une question de coopération entre le secteur éducatif et le secteur sportif d’un club, sur la philosophie à adopter. On constate également qu’avec une bonne coopération entre ces deux secteurs, les joueurs acquièrent beaucoup de compétences intéressantes et transversales sur la façon d’analyser, de penser de manière critique sur différents aspects, qu’ils sont capables d’adapter ou de réutiliser au football. Ce sont des compétences fondamentales.

En football, être capable de voir, évaluer et connecter différents éléments lorsque vous analysez une situation ou plus simplement, avoir une pensée critique sur la manière dont il faut concevoir des choses ou les faire évoluer est primordial. Nous pensons que cela est lié à deux aspects développés dans ces environnements d’élite : l’autodiscipline et la conscience de soi.

🤔 Cet entretien vous a plu ? 

Rejoignez + de 4500 passionnés en vous abonnant à notre newsletter et vous recevrez nos entretiens, directement par e-mail.

Références

Amade-Escot, C. (1997). Observation des situations didactiques et pratique réflexive en formation initiale. Recherche & Formation, 25, 47-56.

Batlles, L. (2022). Quand on vient au stade, c’est pour voir un spectacle. NOSOTROS.

Bouthier, D. (2000). La coordination des décisions individuelles ; contribution de l’intelligence tactique. Colloque Préparation Olympique L’évolution de la pensée tactique, Noisy-le-Grand, 14 et 15 novembre 2000.

Bouthier, D., David, B., & Barthès, D. (1994). Technicité́ collective et actions sportives créatrices : rapports contradictoires ou dialectiques ; l’exemple des combinaisons en jeu déployé́ dans le rugby français. In actes des IIIe Journées d’Études, Technique et créativité́ dans les jeux sportifs en Aquitaine, Euskadi, Navarre, 24-25 octobre 1994.

Deleplace, R. (1979). Rugby de mouvement – Rugby total. Paris : Éducation Physique et Sports.

Deleplace, R. (1994). La notion de matrice d’action pour les actions motrices complexes. In D. Bouthier – J. Griffet (Eds.) Représentation et action en activité physique et sportive, Université de Paris-Sud Orsay, 25-42.

Damunt, X. (2022). Dès que le ballon roule, les joueurs sont les seuls protagonistes. NOSOTROS.

Duprat, E. (2005). Approche technologique de la récupération du ballon lors de la phase défensive en football, contribution à l’élaboration de contenus de formation innovants. Thèse de Doctorat (non publiée), École Normale Supérieure de Cachan.

Gréhaigne, J.-F. (1989). Football de mouvement. Vers une approche systémique du jeu. Thèse (non publiée). Université de Bourgogne.

Gréhaigne, J.-F. (1997). Les formes de groupement en sports collectifs : Des aspects contradictoires. Revue EP&S, 260, 35-36.

Gréhaigne, J.-F., & Duprat, E.  (2022). Dynamiques contradictoires des trames de jeu en football. NOSOTROS.

Gréhaigne, J.-F., & Godbout, P. (2012). À propos de la dynamique du jeu … en football et autres sports collectifs. eJRIEPS, 26, 130-156.

Gréhaigne, J.-F., & Godbout, P. (2014). Dynamic systems theory and team sport coaching. Quest, 66(1), 96-116.

Gréhaigne, J.-F., & Godbout, P. (2021). Opposition and dynamics at the core of game-play analysis in soccer. International Journal of Physical Education, 58(4), 10-20.

Gréhaigne, J.-F., & Marle P. (2021). L’observation, l’analyse et l’évaluation du jeu et des joueurs en football. Angers (France) : Auteurs.

Gréhaigne, J.-F., Bouthier, D., & David, B. (1997). Dynamic systems analysis of the opponent relationships in the collective actions in soccer. Journal of Sports Sciences, 15, 137-149.

Gréhaigne, J.-F., Marle, P., & Zerai, Z. (2013). Modèles, analyse qualitative et configurations prototypiques dans les sports collectifs. eJRIEPS, 30, 05-25.

McGarry, T., Anderson, D. I., Wallace, S. A., Hughes, M. D., & Franks, I. M. (2002). Sport competition as a dynamical self-organizing system. Journal of Sports Sciences, 20, 771-781.

Melhli, N. (2011). L’espace entre les joueurs de football comme un signe lisible et communicatif du type cognitif du joueur. Thèse de doctorat (non publiée) Mention : Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives. Université Bordeaux Segalen

Menaut, A. (1998). Le réel et le possible dans la pensée tactique. Contribution à une théorie du jeu sportif. Bordeaux : Presses Universitaires de Talence.

Menaut, A. (1991). Méthodologie et Pédagogie des Sports Collectifs. Actes de la journée d’Études du 15 avril 1991, Université de Bordeaux II.

Ochanine, D. (1969). Rôle de l’image opérative dans la saisie du contenu informationnel des signaux. Questions de Psychologie, 4, 209-224.

Pastré, .P (2006).  Apprendre à faire. In E. Bourgeois & G. Chapelle (Eds.) Apprendre et faire apprendre . (pp. 109-121). Paris : PUF.

Piaget, J. (1974). Réussir et comprendre. Paris : PUF.

Sève, L. (2005). Émergence, complexité et dialectique. Paris : Odile Jacob.

Trudel, P., & Gilbert, W. (2006). Coaching and coach education”, Handbook of Physical Education, In D. Kirk, M. O’Sullivan, & D. McDonald, London, Sage, 516-539.

Vergnaud, G. (1996). Au fond de l’action, la conceptualisation, in Barbier (Ed.), Savoirs théoriques et savoirs d’action, Paris, PUF, 275-292.